Archive pour catégorie 50 et 125cc

Pubs ZUNDAPP

Ma bécane, mercredi dernier au centre équestre. Fausse pub, mais vraie photo!


Pub Moto Revue 1978

Une autre pub de l'importateur, paru dans la presse en 79. (Origine ZSEFT)

J’ai trié de vieilles revues cet hiver,  avec pour objectif de rassembler un max d”articles et d’infos sur la CBX. Une vieille passion aussi ancienne que celle pour ces petites allemandes. Et oh joie, je suis tombé sur toute la déco de ma chambre de l’époque. Posters de chevaux (oui déjà) et de motos. (je vous fait grâce des photos de belles nanas). Surprise … aussi toute ma collection des pubs zundapp, version “jantes à bâtons” (trop jeune pour les rayons) 1977,78, et 79. Des brochures que j’avais eu chez mon concessionnaire de l’époque, à Meaux :  Chez “Jean Claude”,  L’AMI DU DEUX ROUE, puis ensuite MOTO TRIAL 77 (concessionnaire Yam).  Il y a même son tampon sur deux de ces dépliants, si vous cherchez bien.

Je les ai donc scanné et mis en PDF en bonne résolution. Pour les amateurs collectionneurs qui aurait envie de se replonger dans l’ambiance de ces pubs un peux… années 80. Ou tout simplement pour voir les détails dans le cadre d’une future et fidèle restauration ! Allez télécharger et soyez patient, c’est un peu long! Cliquez sur les photos ci dessous ou les liens de téléchargement …


Observer la pub Ci-contre, et la pub de 78 en dessous. Probablement réalisée le même jour…

Dépliant publicitaire  1977

C’est ma préférée. Elle était
belle n’est-ce pas?

Téléchargez

1978

Là c’était mon modèle préférée!
Téléchargez (aussi)


1979Celle-ci est la plus adulte de toute,
la plus aboutie et la plus mure aussi…

Téléchargez (si vous voulez)

1979Là, ça s’est nettement dégradé !!!
Un mec, c’est le début de la fin de la marque…
Tout fout le camp!

Téléchargez (quand même…)

Pour la petite histoire, “le gars” sur la Zundapp grise ci-dessus, n’était autre que le pilote officiel Zundapp de l’époque…  (merci Pierre, il fait moins tache maintenant!)

En Bonus :

  • Les tarifs Zundapp en 78-79 en francs !
  • Un “Essai lecteur” Moto Revue en 1974 : Zundapp 50 de 1966
  • Un essais Moto Journal en avant première :  Zundapp KS125WC .

Télécharger en PDF

Télécharger en PDF Télécharger en PDF

Pour un complément historique, et pour trouver des pubs Zundapp plus anciennes, allez faire un petit tour sur le site ami du ZSEFT

Quelques belles photos de CBX

Honda 1000 CBX modèle 1979 US, restauration de référence.

Honda 250 RC166 de 1966

J’ai été un peu indisponible pour le bricolage mécanique ces dernier temps. Je me suis donc amusé avec mon album photo, et mon logiciel préféré The GIMP. Je suis en préparation d’un nouveau site pour ma future restauration qui sort un peu du sujet Zundapp que j’affectionne, mais c’est une moto de la même époque qui m’a fait rêver bien autant que cette merveilleuse marque Allemande. Il s’agit de la Honda CBX, celle qui en 1978 fût une vraie révolution pour l’époque.

Mike Hailwood sur Honda 250-RC166 au GP de Hockenheim en 66

Si belle et si originale, si mécaniquement incroyable et performante. Issue de 12 ans  d’expérience après la plus dingue des  motos de tous temps. Détentrice des records de vitesse de l’époque : la 250cc RC166 6 cylindres. Le son du moteur le plus incroyable de tous les temps, un 4 temps 6 cylindre 24 soupape qui tournait à près de 19 000 tr/min! (il développait une puissance de 70cv je crois) On ne peut pas l’imaginer si on ne l’a pas entendu, allez voir cette petite vidéo. La CBX est vraiment une des plus belle moto de série du 20e siècle. Ce nouveau site essaiera de concentrer toutes les infos, photos, documents que je pourrai rassembler. J’essaierai de me faire l’écho de l’engouement, encore actuel, de certains Américains, Australiens et même Grecs qui ont réalisé des merveilles sur cette base. Mais pas que, car les plus belles CBX pour moi, sont d’origine, ou françaises, préparé par le grand MARTIN. Mais ça c’est une autre histoire…

Quelques petites photos pour les Zundapistes  (et amateur de 2T Water-Cooled!)

Mon 650 Kawa en épave, 750 GT d'un copain et ma Zun 125 en 1980, et un ER 80

Je rendrai compte de mes restaurations (car il devrait y en avoir deux) et du travail réalisé au fil de l’eau sur le blog. Le site sera spécialisé CBX, mais on est pas sectaire, on évoquera la concurrence de l’époque et les autres marques qui ont aussi produit des  motos 6 Cylindres. Pour le moment le site en est au stade de l’introduction. Ma vie mon rêve… Mais il y a des photos qui concerne les Zundapp et d’autres de  cette époque merveilleuse…

Sortie entre amis...(photo montage GIMP)

Ma Zundap KS 125, sortie avec un pote dans les Alpes (Montage photo)

Le rêve de mes 14

Ma KS50 WC en 1979 (Vielle photo retouchée TheGIMP)

Ma magnifique KS125 en 1980 en montagne (Montage photo)

Et on peut déjà admirer, grâce à une série de photo version US, ce qu’est cette merveilleuse machine quand elle est bien restaurée d’origine, et quelques photos personnelles de mes motos, (un peu enjolivées). Je suis preneur de toutes informations, articles, photos sur cette machine et sur son ancêtre la RC166. Contactez moi.

Faire un petit tour sur mon NOUVEAU SITE “SIX Pots Nets” consacré à la CBX et aux 6 Pattes : http://sixponettes.free.fr

Oeuvre d’art (suite…)


Bravo Patrick B.! J’ai retrouvé trace de cet artiste émérite, plombier de son état, par le biais du ZSEFT et de mon copain Pierre. En fait ce joli prototype est partit d’une discussion entre Zundappistes passionnés sur le forum. Une Idée puis un pari. Celui de créer “Un Zundapp différent” qui pourrait rouler pour le grand rassemblement annuel 2011. Peu de temps malgré tout pour réaliser un tel projet. Un travail colossal !

Amorcer la pompe… : le réservoir et la selle

Un sacré beau travail à l’ancienne comme j’aime, pas de poly et compagnie. Un vieux réservoir coupé, tôles formé à la main, soudé en bout. Il en fut de même pour la partie arrière, un arrière de KS rallongé.

Le cadre :

Ce franc succès a poussé notre notre maitre du chalumeau, encouragé par le bruit des applaudissements sur le forum, à continuer sur sa lancée. La suite fût la réalisation du bras oscillant, et il fallait se lancer sur quelque chose de plus ardu : la parie cycle. Mais pour faire un cadre, il faut un marbre !

Même pas peur… ce fut la tâche suivante.
La base du cadre est en fait une moto accidentée. -Ça me faisait de la peine de savoir qu’un Zundapp, qui aurait pu être restauré, finisse tronçonné en petit bout; Je suis rassuré : ce n’est pas le cas. Il ne reste du cadre que la poutre tubulaire, et la colonne de direction. Le reste est maison.

Le moteur :

Cette machine a bien été équipée d’un moteur 5Vitesses (qui devait être en réfection quand j’ai pris mes photos), allumage rotor interne, boîte a clapet, et le plus joli c’est le détente Boa! Là il s’est amusé. La sortie étant par les deux petites ouïes sur la partie arrière, derrière la selle.

L’accastillage:

La fourche ensuite a été reprise d’une moto Hercules. Le carénage (retravaillé) provient d’une Ducati -je crois- La selle ainsi que la réalisation des garde boue avant et du lèche roue sont maison.

Peinture:

Je crois avoir compris que même la peinture a été réalisée par ses soins. Très joli travail, et le pari fût gagné de justesse.

Du fort beau travail. L’ensemble est très réussi.

Bôôo Proto Zundapp !

1er mai : Fête du travail et bourse d’échange à Sainte Geneviève des Bois (91). Pas très fournie cette année ni en exposants ni en visiteurs . Il faut dire qu’il faisait froid, mais Je n’ai toutefois pas regretté avoir fait le déplacement…

Le 1er Mai c’est repos bien méritée pour ce plombier, valeureux artisan de cette belle machine! Quelques heures de boulot à priori, pour réaliser ce bel engin. Un look tout à la fois sport, mais aussi un gros clin d’œil à la machine d’origine. Réservoir d’origine rallongé, arrière et feu rouge conservé, mais retravaillé. Tout aurait été plus simple avec une petite coque en polyester. Mais notre plombier est perfectionniste.

Magnifique cadre porteur tubulaire, aux soudures imposantes. (Il voulait montrer… que c’est le maître en la matière !) En fait sur cette magnifique pièce, seul le tube de direction – support de roulement de fourche – a été conservé. Il faut dire qu’il arbore fièrement la plaque 517 d’origine du constructeur !

Ces superbes petites jantes à rayons sports  anodisées or, sont munies à l’avant d’un frein double cames, et à l’arrière du tambour d’origine. Je ne sais pas quel est la provenance de l’imposante fourche, mais l’ensemble est harmonieux.

Malgré l’indication « 5 speeds » sur les coté du cadre, le moteur semble être une boîte 4. Mais visiblement passé à la vitesse supérieur grâce à un kit 70 et carbu de 22. Le plus surprenant c’est que ce carbu est monté sur une pièce maison en alu qui abrite des clapets !?  C’est quoi l’intérêt? Souplesse? Surtout que l’échappement est un adaptable chinois, copie de l’origine. Du provisoire je suppose, un détente est probablement à l’étude, vu l’artiste soudeur !

Carénage de fourche un peu gros pour la taille de l’engin, mais l’esthétique général est très réussi. Une belle peinture qui rappel et les couleurs et les décores d’origines. Notamment les flancs gris métal, bordé d’un liseré noir (Ça aurait valu le jus qu’ils soient chromés…) Ainsi que la couleur chaudron générale. L’artiste a même poussé le détail à rajouter (l’horrible) transfert de l’importateur sur le dessus du réservoir (LOL)

Une bien belle réalisation qui a dû nécessiter quelques heures de travailles. BRAVO !

Étiquettes: , ,

ABG-VAP: Une marque Francaise un peu oubliée.

La marque ABG est à l’origine issue de la fusion des sociétés ARIES (Auto et moto), et BG (fabriquant de bougies) Société qui se spécialise, dès la fin de seconde guerre mondiale, dans la conception et la fabrication de moteurs auxiliaires adaptables sur de simples bicyclettes, la loi le permettant à l’époque. Elle fut entre autre un des trois plus grand motoriste et fabriquant de cyclomoteurs jusque fin années 60. Cette société eu aussi, une importante activité de sous traitance aéronautique.

Avec l’essor de production des  cyclomoteurs en France après guerre, ABG devenait un des plus gros fournisseur de moteur pour diverses marques. On peut citer entre autre Alcyon,Arrow, Cazenave, De Dion Bouton, Flandria et bien d’autres, (voir ce lien qui répertorie les modèles de cyclo équipés de moteur ABG/VAP)

Grâce entre autre à la création de la marque VAP (1959/1961) ABG/VAP devint réellement constructeur de cyclomoteurs. (Voir notamment ce lien, ou l’on trouve les images d’époque de l’usine d’Hazebrouck. Une superbe visite en image, de cette usine ultra moderne pour l’époque.)

Quand on évoque la marque VAP, on pense de suite aux années soixante, et au célèbre VELOVAP qui reste dans les esprits. Concurrence sérieuse du Vélo Solex, il était pour l’époque bien plus performant et moderne que son rival. Plus puissant et muni d’un embrayage automatique que son concurrent n’avait pas encore. Reconnaissable entre autre par sa couleur bleu-ciel et son moteur à l’avant aux courbes agréables (voir photo).

Comme bien des constructeurs après guerre, Cazenave était une des marques qui assemblait des cadres, et accessoires de provenances divers, et des moteurs Ydral, Amc,VAP ou encore Peugeot en fonction des époques. l’usine installée à Belin (Gironde) a produit des motos mais aussi des scooter et me des voiturettes jusque dans les années 70. Entre 1955 et 1967, cette société a fabriqué des cyclomoteurs sous cette marque mais en coopération avec ABG/VAP. Elle fabriqua,à cette époque des modèles de conception très proche, voir communs avec la marque VAP. Pour exemple, les modèles VAP 632 et Cazenave 672, différents par quelques détails mineurs. Le phare, les carters moteur, les garde-boues, la couleur. Même si les fabrications étaient de lieux géographiques différentes. ( Hazebrouck et Belin ) De même pour les modèles Cazenave 671, modèle économique sans fourche télescopique.

A droite VAP 632 ->
de luxe
Jolie et bien finie

<- A gauche Cazenave
Un peu plus basique
Quelques détails
diffèrents.

Mais VAP/Cazenave a produit aussi quelques modèles étonnamment ressemblants à son concurrent Motobécane. Pour en juger voilà quelques comparaisons édifiante : Un exemple Modèles Cazenave 671 et l’ AV42 Motobécane, La 632 VAP et l’AU44 et enfin la 672 et l’AV48… Quand à la VAP 632 de luxe (en haut de l’article) Superbe non ?

<<——- Le plus à gauche Cazenave 671
Modèle basique sans
Fourche télescopique,
ni frein tambour à l’avant.

<>— Au centre Motobécane AV 48
Modèle un peu amélioré
de l’AV 44
(Garde-boue plus enveloppants…)

Le plus à droite Cazenave 632 ——>>
Fourche télescopique,
Frein tambour à l’avant.

Au centre Motobécane AU 48 —<>

Très ressemblant : phare rond…
Qui copiait qui?

<<——- Le plus à gauche Cazenave 672

<>— Au centre Motobécane AV 48

Modèle un peu amélioré
de l’AV 44
(Garde-boue plus enveloppants…)

Étant gamin, J’ai eu une VAP ( ou une Cazenave ) 671 , muni d’une fourche rigide et de freins à patins. Il me restait un souvenir d’un moteur plutôt nerveux et assez performant. (j’avais 8-10ans et ne pesait pas bien lourd!) J’ai récemment racheté un modèle similaire, de 1960, munit d’une fourche télescopique, que j’ai remis en route. (Je ferais bientôt un petit article sur quelques point technique intéressant sur cette remise en route, et sur le moteur VAP 610)  Elle etait en bel état pour son age. Une bonne révision moteur, et quelques bricoles sur les bourses d’échange et hop ça roule. C’est vrai que c’était quand même nerveux ce petit moteur 610, malgré le manque de variateur on prend vite fait un petit 60Km/h. Bien plus légères que la concurrente AV42 (ou 44)  Motobécane, elle fait penser plus à la Peugeot BB, ou plus encore aux premiers 102 Peugeot pour le rapport poids – nervosité.

VAP à aussi construit quelques jolis cyclo-sports : le Dauphin le Squale et le SV2 que l’on peut admirer ici.


VAP S11 Dauphin

VAP SV2

VAP Squale

Enfin pour terminer, Nauder était en 1968 l’importateur Sachs. Il s’installera dans l’ex usine Vap d’Hazebrouck, usine VAP construite en 1959 lors du regroupement ABG/Lucer. Mais c’est à partir des années 60 que VAP monta une Team pour se faire de la pub mais aussi, pour tenter de faire tomber quelques records avec ces machines atypiques. En 1963 Jean-Pierre Beltoise -tout jeune- sur l’anneau de Monthléry, établit un record avec une moyenne de 113Km/h sur 12 heure.


J.P. Beltoise en 1963


La Team  VAP

( Source records en 50cc )
On peut encore admirer un reste de cette machine ( le carénage une belle pièce en ALU) dans le magasin du concessionnaire BMW Gauvin, à Pontault Combault. Qui était visiblement un des mécanos de la Team VAP à cette époque.

Nauder, dans l’usine d’Hazebrouck, finit par fabriquer des motoculteurs dans les années 70, sous la marque VAP (et même Cazenave, d’après un ami…) Triste destin en 86 pour une grande marque !

    TOUTES LES SOURCES DE L’ARTICLE

VAP de la bougie au motoculteur…

Pour compléter cet article
Le site référence sur la marque ABG/VAP : La DOCUMATHEQUE http://cyclovap.free.fr/
HAZEBROUCK Autrefois. http://www.hazebrouck-autrefois.com
L’usine VAP http://www.hazebrouck-autrefois.com/index.php?pid=2&aid=40
Nauder : motoculteurs VAP en 1977 http://www.hazebrouck-autrefois.com/index.php?pid=2
ZSEFT Le site qui sait tout sur les petits cube. ! http://www.zseft-zundapp.com/archives/2011/01/01/19824658.html
CAZENAVE:
Les Motos Cazenaves 125 et 200 à moteur YDRAL http://www.club-ydral.net/marques3.htm#cazenave
Site amateur sympa : restauration Cazenave à moteur Peugeot. http://cybergrangemoto.free.fr/cazenave.html

Étiquettes: , ,

50cc, dans les rues de Marrakech.

dsc07978dsc08010Un petit week-end sympa au Maroc au mois d’octobre. Nos petites bécanes d’il y a 30 ans sont toujours d’actualité la bas. – bon vieux 51 Motobécane et  Peugeot 103-  à peine remis au goût du jour. Yamaha très implanté au Maroc, fabrique et importe ces petites mobs. Peux de motos, mais un max de 50 dans la rue. Des utilitaires qui transportent dans Marrakech famille et marchandises de toutes sortes. Les rues sont étroites par endroit et la circulation dense et très hétéroclite : mob,voitures, triporteurs, ânes, chevaux, calèches…

dsc07988 dsc07989 p1010277
51 Version Yamaha Place aux 2 roues Bon vieux 51

On comprend aisément l’utilité dans cette circulation de ces petites cylindrées.  Et tout cela cohabite joyeusement, dans le calmes et une douce anarchie. Peux de vitesse et donc très peu d’agressivité. Les gens sont gentils là bas. Il vivent dans une autre époque … moins ‘speed’.

dsc08014

4 Pattes …(made in Maroc)

dsc08012

Ou 3 roues (moto Chinoise)


Quelques petites  vieilles vues  à Marrakech : Une petite 50 Yamaha SS 70 dans son jus et une  jolie Peugeot BB des années 60.

dsc07985 dsc08025

Revue Technique KS et GTS 1978

Deux Documents intéressants au format PDF. Je l’avais promis il y a un an sur le Forum du ZSEFT, mais entre temps, impossible de remettre la main dessus. C’est chose faite.

Partie Revue Technique GTS KS 1979 (RTANo 35)

-Taille fichier 5.5Mio-

PDF tiré de cette revue pour la partie Histoire de la marque Zundapp.  -Taille fichier 1.4Mio-

Cliquer sur l’image et patienter pour afficher le PDF dans votre navigateur (dans une nouvelle fenêtre ou onglet),  ou faite clic droit, puis “Enregistrer la cible du lien sous”…

Si vous souhaitez laisser un commentaire, cliquez sur le titre de l’article.

Bonne lecture à tous. Et vive l’entraide et le partage !

Des petites Zundapp de course

Peter Müller 1971

Le Zündapp course de Peter Müller 1971 construite sur une base moteur 5 vitesses, comportait une distribution rotative, un refroidissement à eau et une boite à 6 rapports qui lui conférait au final une puissance d’un peu plus de 15 chevaux.

Une réplique de cette machine a été faite récemment par Harry Beekman, un Hollaandais. (23 sur  photos a droite)
A propos de ce projet voir le site:
http://www.zundappharry.nl/zundappracing/muller_project.htm

Un modèle intéressant : Hybride Zundapp (Boite) et Kreidler (cylindre) a distribution rotative…(photo de gauche)
On se demande comment cela est possible! Dommage qu’il n’y ait pas plus d’explications.


Quelques autres jolis spécimens :

Ci-dessous un modèle qui a visiblement couru en 1972. :

Une magnifique petite machine. Dommage pas vraiment d’info.  (Moto ancienne ou répliques? Si quelqu’un a une idée…)

Source de l’article, visiter le site : http://www.elsberg-tuning.dk/zundapp.html

Un modèle intéressant : Hybride Zundapp (Boite) et Kreidler (cylindre) a distribution rotative…
On se demande comment cela est possible! Dommage qu’il n’y ait pas plus d’info.

Records zundapp en 1965

Quelques belles photos d’archives pour les amateurs de 50 et de records anciens.

Les coureurs:

Andreas Brandl, Volker Kramer, Peter Esser, Günter Sengfelder, Heinrich Rosenbuch et Alfred Lehner.

En 1965 la bataille est rude dans cette catégorie, en particulier chez le Allemand.(voir NSU Kreidler)
Voila un magnifique KS50 très particulier : Moteur 10CV à 11000tr/min, distribution rotative et refroidissement à eau. Boite 5 avec une partie secondaire à 2 vitesses (10 rapports comme kreidler l’avait déja fait) Allumage et ventilation du radiateur alimenté par batterie.

NDR : Ce qui est curieux sur ces photos, c’est qu’on a l’impression de reconnaitre un bas-moteur de 125. Mais bon dans la même période, des records ont été aussi battus en catégories 75, ce qui peut peut-être expliquer la base de 125…

Records battus entre le 12 et 15 mai 1965 à Monza:

10 km : 153.452 km/h (ancien record: 151.00 km/h)  catégorie 50 et 75 cc
100 km : 162.002 km/h (ancien record: 158.67 km/h) catégorie 50 et 75 cc
1000 km: 146.639 km/h (ancien record: 117.02 km/h) catégorie 50 et 75 cc
1 heure : 162.609 km/h (ancien record: 159.11 km/h) catégorie 50 et 75 cc
6 heures : 147.798 km/h (ancien record: 139.49 km/h) catégorie 50 et 75 cc
12 heures: 137.039 km/h (ancien record: 113.46 km/h) catégorie 50 cc

12 heures: (ancien record: 114.00 km/h) catégorie 75 cc
12 heures: (ancien record: 114.00 km/h) catégorie 100 cc
12 heures: (ancien record: 133.00 km/h) catégorie 125 cc

Sources de l’article :

http://www.elsberg-tuning.dk/recordbikes.html

Un excellent site à visiter absolument !

Une petite vidéo de l’usine Zundapp

Des images collectors de l’usine de fabrication des petits cyclos ZUNDAPP.
Get the Flash Player to see this player. L’époque entre 77 et 79. On découvre la fabrication de petits cyclos Zundapp dans une usine d’Allemagne. On y voit le moulage des jantes, l’usinage des cylindres, la soudure du cadre ainsi que le montage. Puis le contrôle final et les essais.

Une petite perle !

Les mobs de mes 14 ans

Mes Tasses

testi_malag11

Ma petite 50 à 14 ans : un mix Testi, Malagutti, Motobécane

Une tasse c’était un 50, avec ou sans vitesses. Un moteur affuté, des modifs. Du bricolage en tout genre… J’ai eu 14 ans en 77. J’ai attendu cette date, celle de mon anniversaire avec impatience, pour pouvoir rouler en toute légalité sur la route. Trouver un peu l’autonomie et de liberté. J’ai eu ma première mob à l’âge de 8-9 ans.

Modèle semblable à ma premère VAP

Modèle semblable à ma premère VAP

Une VAP ABG acheté 5 franc, à Petite Synthe, près de Dunquerque. Elle était très nerveuse (j’ étais léger…) J’en ai un super souvenir. Je ferais bientôt un article sur cette marque intéressante d’après guerre. J’ai eu ensuite une Bleu, pour rouler dans les chemins. J’en garde un moins bon souvenir. C’était lourd, ça démarrait mal, et toujours en panne. Puis j’ai récupéré un Solex, puis un autre. C’est un truc que je crois encore pouvoir remonter les yeux bandés, tellement j’ai pratiqué. J’ai eu ensuite une Peugeot BB, grise qui me rappelait un peu la VAP: nerveuse. Le moteur a terminé en tondeuse à gazon! J’ai eu aussi une grosse Motoconfort marron métallisé, avec le réservoir horizontal, comme les motos, la boite de réduction (pas de plateau). Et vers 12 ans, mon patère m’a dégoté une petite bécane à vitesses. Une Benelli 50 cross. 4 Vitesses au pied, un peut lourde mais un cap était passé… la découverte des vitesses… Je l’ai eu quelques années.
J’ étais en 4e mais ça faisait en fait déjà untesti_malag11 an que je travaillais sur ma petite bécane pour qu’elle soit fin prête pour le jour J. Une Gitane Testi (photo en haut de l’article) achetée à un couple de retraités. Je la reluquais depuis des mois, elle gisait dans un jardin, et rouillait tranquillement. En fait il n’y avait que la parti cycle, le moteur était HS. Je l’ai cherché et trouvé un moteur Motori-Minarelli de Malagutti. C’était moins performant et pas plus fiable. Mais bon, 4 vitesses, une boîte précise. Des petites accélérations sympa quand même, car très légère. Un bruit super… … super agaçant avec le détente sans silencieux ! Mais bon, à 14 piges, on aime bien se faire remarquer. Mon père m’ avait aidé à faire la peinture. Le cadre gris métal, et le réservoir avec des restes de bleu martelé. C’était plutôt original, mais pas très beau. J’ai roulé un an avec et fait pas mal de km. Je suis même allé dans les Ardennes, avec bagages et pièces détachées. une vrai aventure. Je l’ai revendu 500F.

Mon 103 periode TT

Mon 103 periode TT

Au collège, j’avais plein de potes qui ne parlaient que de 103 (Peugeot). A mes copains habitaient Trilport, et avaient tous des 103. C’était des mécaniques très simples que l’on pouvait modifier soi- même à outrance. A l’époque même moto journal s’y mettait et avait sorti un numéro spécial genre 100 trucs et astuces pour gonfler et personnaliser les mobs. Ils m’ont convaincu de la nécessité de ce retour au sources (pour ne pas dire au variateur !) J’ai donc trouvé un vieux 103 que j’ai modifié un max. Première étape le look général : cross. C’était ma période casse coup : j’ai toujours aimé les sauts, et le mob cross était en vogue. Donc une bonne fourche et grand guidon. Mais il fallait aussi le confort : (auto)Radio (sous la selle) et HP à l’arrière. (j’ai toujours aimé la musique.) Coté moteur, usinage a tous les étages: lumières ,clapets, transferts. Et résultats… décevants. J’avais des potes, notamment Jean à Trilport, un mec marrant… son 103 qui payait pas de mine prenait le 90… et le mien que 80 ! Mais bon il roulait bien et était fiable. Jamais un pet de travers (comprendre un allumage à coté…)103 Peugeot TT
J’ allais régulièrement à St Pathus ou étaient tous mes copains de collège, ainsi qu’a Nanteuil et ses alentours. Et jamais un pépin. Juste parfois des pannes d’ essence… C’était cher. J’ai donc réalisé une modif basique pour rouler au fioul. J’ai rajouté un réservoir auxiliaire pour le fioul que je réchauffais par un serpentin enroulé autour de l’ échappement. Çà marchait pas mal. Il fallait démarrer à l’essence et passer au fioul, moteur chaud. Puis ne pas oublier de repasser sur essence avant de s’arrêter. Le rendement devait pas être terrible. ça chauffait dur. J’ai bien essayé de faire une culasse a eau, avec les moyens du bord. Du tube de cuivre et un radiateur d’huile de 2CV Sans grand suces. Par la suite je suis passé à la version 103 “Coupe”. Guidons bracelets, et carénage… c’était marrant mais ça roulait guère plus vite! Je n’avais pas la bulle, mais quelle gueule!

De gauche à droite : Malagutti, Benelli,103 Coupe,TY50

De gauche à droite : Malagutti, Benelli,103 Coupe,TY50

(C’était un carénage de 125 LT3 coupe, et je regrette de ne pas l’ avoir gardé.) Mon rêve de l’époque c’était bien-sure la belle et performante Zundapp KS ou GTS 50. Bien que chez les Italien il y avait de magiques petites motos qui avaient déjà relégue au rang de collections les Testi Flandria, et autres Peugeot 3 vitesses. Je Pense en particulier aux Motori Maurini, Fantic Motor et Aprilia (Déjà!) Mais surtout les belles Zundapp et KTM refroidis à eau. Des gueules d’enfer, gentes alu très fines, freins à disques Brembo, le top. Compteur compte tour : de vrais petites moto. Le hic de l’époque : les pédales obligatoire ! Un obstacle pour l’importation des cyclos étrangers en France, et l’horreur pour ressembler à une vraie moto !!! J’ai toujours aimé les 50 pour avoir passé un temps fou. 6 ou 7 ans de ma vie de gamin à démonter et remonter ces moteurs, faire du neuf avec du vieux. Les copains qui venaient le mercredi pour réparer ou améliorer leur bécane. On a toujours plein d’amis dans ces cas là. Mais la bécane à cet age là, c’était surtout un super moyen de liberté. Pouvoir aller voir ses copains et copines. Faire la course et aller faire des parties de baby foot. St pathus et le troquet de St Souplet. Combien de bons moments. Mais bon, la bricole c’était encore mieux. Un pote de St Pthus m’a vendu ensuite son épave de Zundapp (moteur cassé) et là, j’ai vu ce qu’était un vraie moto. Le vrai savoir faire Allemand. (Voir article sur Mes Zundapp). J’ai roulé pas mal de temps avec cette machine, et l’ai transformé ensuite avec un kit à eau 6.5 cv. Une merveille de 50!  Pendant ces années, j’ai remis à neuf quelques petites bécanes. Malagutti 50 enduro, TY50, DTE125, DTMX125, pour se faire un peu de sous…

Malagutti enduro Avantmalagcr_avant Malagutti : Aprèsmalagcr_apres
Moteur remis a neufmalag2_2 Peinture neuve , selle regarnie, gardes boues,
plaques de phare, guidon remplacés. auto-colants
et décors maisons.malag2_1
C’est moi (bon je triche pour la photo)malag2_3
Ma petite Zundapp a airZundapp KS50 à air, et Malagutti AVANT zun_noir2Zundapp KS50 à eaux, et Malagutti APRES

Un lien sympa :

Étiquettes: , , , ,

Zundapp une marque de rêve.

  1. Première vrai moto

En guise d’introduction, un  peu d’histoire, de mon histoire.  J’ai eu dans ma jeunesse 2, ou je peux dire 3 zundapps . De merveilleuses Allemandes.  La première, une KS50 de 77 ou 78 acheté 500F à l’époque à un pote.  Elle était moteur cassé mais, en assez bonne état et je l’ai simplement remise en route.

Ma première Zundapp

Ma première Zundapp

J’avais 15 ans et ces machines de rêves étaient inabordable pour un étudiant. (5 a 6000F quand on gagnait 3000F l’été, pour tenir l’année !) Bref J’ai adoré cette machine ! un bruit génial des performances hors du commun et à l’époque il i en avait à tous les coins de rue ! Un petit carbu de 19 Delorto, une petite modif transmission (16/34 je crois me rappeler) et un zbar le must pour l’époque ! (moi j’étais plutôt bracelet mais bon, j’ai joué le compromis …) Plus de 1ere vitesse mais une nouvelle 5e youpi ! Tant-pis pour les roues arrières, mais après on grattait tous les copains en 50 et même parfois certaines 125 poussives de l’époque! un petit 90 dans de bonnes conditions …

J’ai roulé un ans comme ça, et j’ai trouvé un cylyndre – piston -  radiateur de zundapp à eau. Et là je peu dire, que j’ai eu ma 2eme Zundapp.

La KS50 avec cylindre de Water Cooled

La KS50 avec cylindre de Water Cooled

Les perfs, rien a voir. Le bruit différent aussi, plus de vibrations d’aillettes. Carbu de 19 aussi mais avec réglage… (J’ai appris sur l’exellent  site http://zseft.canalblog.com/ que j’aurais peu essayer de monter un 20…) mais bon la c’était 110 avec de bonnes conditions! waooo ! Je ne connais pas la provenance de ce cylindre. Il était identique aux KS a eau français que l’on voyait sur les pubs de l’époque en 79, avec les ailettes verticales. Sauf qu’il était couleur alu, et n’avait jamais été noir comme sur les pub. J’avais imaginé qu’il avait existé de 517 a eau ?…  Mais j’en avait  jamais vu aucun même sur internet ! Avant de connaitre ce site.

Une tête de fourche Maison

Une tête de fourche Maison

Bref un peut d’adaptation : j’ai fabriqué le support du radiateur double berceau et une petite tête de fourche en tôle alu réalisés maison. ( J’ai fais des progrès en carrosserie depuis).  Il faut remarquer sur les photos que j’avais pu elliminer le support moteur au dessus du carbu. Le double berceau reprenait la fixation sous le moteur grace à un silentblock.

Je l’ai aimé cette bécane. Il ne lui manquait juste qu’une boite 5 …

Remarquer aussi le compteur – compte tour venant d’un Kreidler.  Mon KS n’étant à l’origine équipé que d’un petit compteur.

Mon Zun a eau et la Malagutti restaurée

Mon Zun à eau et la Malagutti restaurée

J’ai ensuite acheté une KS125 (de 73-74) en mauvais état et l’ai restauré. Je me suis permis, à cette époque quelques fantaisies pour une machine déjà de collection. (je ne le ferais plus maintenant) Le cadre avait été scié et j’ai réparé en joignant l’utile a l’agréable : j’ai fait une poignée pour passager. L’échappement était en très mauvais état et je n’en ai pas retrouvé. Il avait une bosse au milieu suite à une gamelle.

Ma KS 125 1973

Ma KS 125 1973

Je l’avais tronçonné et raccourci. Puis peint en noir. le moins cher et du plus bel effet…(pour l’époque) J’avais découvert que c’était un vrai pot de détente ! Incroyable pour une moto de série ! L’avant, un phare de 2CV Carré (le rêve du KS 50 Neuf encore !!!) une boite de compteur plastique de KS 50 avec une platine maison pour loger les compteurs et tachymètres d’origines. plus moderne. J’ai fais la peinture cadre et réservoir avec ce beau rouge de l’époque et reproduit (calque + Vénilia) les autocollants comme à l’origine. (beau non ?)

Une selle blanche et une Belle peinture

Une selle blanche et une Belle peinture

Un pote m’avait peint un beau cow-boy sur le dessus du réservoir … (J’aimais déjà les chevaux mais ne montait que des Zundapp à l’époque…) Avec ça un grand guidon : pourquoi ? les roues arrière !

Un régal cette moto (on peu dire ça) Solide, tenue de route irréprochable avec des Dunlopp K81, juste un petit problème de garde au sol a droite (pot par terre à chaque virage !) La frotte, la glisse même … mais jamais dangereuse (par rapport a la concurrence Nippone et plutôt mauvaise, de l’époque) Juste un hic la boite la même que les 50! 5 vitesses et …4 points mort !!!!

Phare Carré de 2Cv

Phare Carré de 2Cv

Je me suis demandé depuis, si nos Amis les Allemand avaient su un jour faire une boite de vitesse moto ! J’ai eu des BM flat et je roules sur une K100 actuellement et c’est toujours pareil !

Peau court et noir ..

Mon Peau court et noir ..

Bref cette KS 125 m’a trainée dans toute la France sans jamais broncher, et en m’amusant a chaque instant Yahoo quel pied j’ai pris avec cette bécane ! Je l’ai regretté … à 18 ans je suis passé à la 650 Kawa… mais là c’est une autre histoire.

C'est beau les fleurs !

C'est beau les fleurs !

Voila Je viens de m’offrir un petit KS 50  à restaurer, pour me rappeler ces bons moments. La suivante sera un CBX 1000 avec pleins de cylindres …

Ce sont ces  2 motos qui m’ont le plus fait rêver, étant gamin  !

En 1977 …

Étiquettes: , ,